Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:07

Je n'ai pas d'autre choix, pas d'autre issue que de gravir ce rocher qui me paraît infranchissable. Observer et réfléchir, choisir le meilleur parcours, repérer le chemin le plus facile d'accès jusqu'au sommet, tels seraient les conseils que prodiguerait Bear Grylls en situation de survie dans son émission Man vs Wild, dans laquelle il a coutume d'escalader des falaises bien plus imposantes, à mains nues et sans filet. D'un côté, le mur de pierre semble friable, puisque essentiellement composé de schiste et recouvert d'une mousse verte, humide et très glissante. De l'autre, la roche formée majoritairement de silex paraît coupante, acérée comme une lame de rasoir. Il me faut grimper cette paroi qui se dresse devant moi, avant les autres. Je me focalise sur une brèche verticale, le long de l'obstacle, qui apparaît comme une cicatrice au milieu de la figure. Et si ma porte de sortie se trouvait là ? Je me concentre et tente de me remémorer les astuces formulées par l'ancien agent des forces spéciales au service de sa majesté, dans son show survivaliste : " Toujours garder au minimum trois appuis solides avant d'en chercher un nouveau ". Le temps presse, je dois me lancer, et c'est ce que je fais, non sans une certaine appréhension. Je lève le genou droit et glisse ma basket à l'intérieur de la crevasse. Je marque un temps d'arrêt, laissant s'écouler quelques précieuses secondes, puis pousse de l'autre jambe, les bras tendus en l'air afin de m'agripper de mes dix doigts à une petite corniche. Ne me reste plus qu'à réitérer la même opération plusieurs dizaines de fois pour arriver au point culminant, à une quarantaine de mètres du sol. Dépêchons ! Mon pied est coincé à l'intérieur de la fissure. J'essai de l'extraire péniblement, en me faisant aussi plat que possible, me collant de toute la surface de mon corps contre le bloc. Je manque de perdre l'équilibre mais parviens à m'extirper du piège dans lequel j'étais pris. L'horloge tourne et je vais me faire rattraper. Mes muscles sont tétanisés, mes doigts engourdis, le sang bat dans mes tempes. Ne pas regarder en bas. Toujours avec une chaussure dans la trouée, je m'accroche cette fois à un petit arbre qui pousse à l'horizontal de la caillasse. L'arbrisseau plis mais ne rompt pas. J'ai le souffle court, biceps, quadriceps ne sont plus suffisamment oxygénés. Mes forces me quittent peu à peu. Je lutte mentalement pour ne pas lâcher. Je suis à bout. Ma semelle glisse, mes mains me lâchent, je tombe. Aaaaaaaaaaaaaaaah !

Heureusement,, mon camarade de classe qui s'occupait de l'assurage était resté attentif tout du long de ma lente progression. Je sortis idem de ma chute à... deux mètres vingt de hauteur ! Cette sortie scolaire au Pas Bayard me permit de découvrir que l'escalade n'était vraiment pas ma tasse de thé. Cependant, s'il y a des lecteurs que cela tentent, ils peuvent toujours contacter le Thiérache Sport Nature pour une session en haute altitude.

Le Pas Bayard.

Le Pas Bayard.

Partager cet article

Repost 0
Published by berenger - dans Ma Thiérache.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les carnets de Bér.
  • Les carnets de Bér.
  • : Cela pourra peute être vous paraitre un peu brouillon mais vous trouverez un peu de tout sur mon blog : des impressions de voyages, chroniques de concert, missives contre des organismes incompétants, à vous de voir ce qui vous interpelle le plus
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens