Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 11:35

Je suis crevé, vanné, rincé. Ces derniers temps avec les potes, nous sommes sortis en boîte tous les weekends sans exception. J'ai cette semaine bossé les trente neuf heures légales, participé à mes deux entrainements de foot, joué au poker jusque tard dans la nuit... Et puis jeudi, il y avait le Beaujolais nouveau ! Ma gorge me gratte, j'ai le front brulant, la tête coincé dans un étau, je commence à avoir la crève. L'automne est déjà bien avancé, il fait froid et humide dehors. Bref, une fois n'est pas coutume, ce samedi soir je le passerai bien au chaud chez papa/maman, une soupe, une cuillère de sirop et au lit. Peut-être que demain, je serais suffisamment rétabli pour jouer le derby Ohis- Neuve-Maison.

Pas besoin de compter les moutons pour m’endormir cette nuit là. Je tombe, sitôt couché, dans un état semi comateux. J’oscille entre des moments de rêveries dans un sommeil profond et des moments de délires semi éveillés, provoqués par la fièvre. ça souffle dehors, j’entends le vent s’engouffrer par-dessous les volets jusque dans ma chambre. Je tremble, alors je remonte la couette par-dessus ma tête. La température de la pièce est glaciale. De la buée sort de ma bouche pendant mes difficiles expectorations. Le souffle est de plus en plus puissant, jusqu’à me faire dresser les cheveux sur mon crâne. Je frissonne. La fenêtre se serait-elle ouverte ? Apparemment, non. Eole s'énerve et siffle à mes oreilles. Des bourrasques tournoient aux quatre coins de ma piaule. Je roule à l’horizontal dans mon lit jusqu’à être littéralement plaqué contre un mur. J’essaie d’ouvrir les yeux mais je n’y parviens pas. Je lutte contre des éléments hostiles. Quelque chose d'invisible tente de s'en prendre à moi. Les rafales se font de plus en plus violentes et je suis totalement paralysé. Je suis oppressé, on appui sur ma poitrine, je ne parviens plus à respirer. Je ressens une présence près de moi, un être malveillant et puissant, je le ressens même si je ne peux le voir. Mon âme est en danger, quelqu'un tente de me la prendre.Je ne peux me défendre, me battre contre une ombre d'un noir intense. Je ne parviens toujours pas à bouger mes membres. J'essaie de crier, d'hurler, d'appeler au secours mais pas un son ne sort. Pour une fois dans ma vie, je regrette de ne pas connaître une prière à réciter en mon for intérieur. Nul doute que je suis en ce moment en train de lutter contre un être maléfique. Il s'approche de plus en plus près, se faisant de plus en plus pesant. Démasque toi ! Démasque toi !

Je me réveille trempé de sueur. A l'extérieur, le calme semble revenu. J'ai besoin d'un verre d'eau pour me remettre de mes émotions. Ce cauchemar était si réaliste... A moins qu'il ne s'agissait pas d'un cauchemar. Avant que nous habitions l'ancienne gare de Neuve-Maison, je n'avais jamais fait de rêve si effrayant. De part leur fonction dans le passé, ces murs ont vu défiler une multitude de gens. Peut-être que des drames s'y sont produits ? Je traverse le salon, mon père est là sur le canapé à regarder en direct le grand prix de F1 de Malaisie.

_ Que t'arrive t-il ? Tu es blanc comme un linge !, me demande t-il.

_ Rien, je crois que j'ai fait un cauchemar. Dis-moi pa. Vous avez jamais songé à déménager de nouveau ?

_ Ce n'est pas dans nos projets pourquoi ?

_ Heu... Pour rien., dis-je. Pour rien...

HA HA ! HAPPY HALLOWEEN !

Allo Ween ? Ici trouille !
Allo Ween ? Ici trouille !

Partager cet article

Repost 0
Published by berenger
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les carnets de Bér.
  • Les carnets de Bér.
  • : Cela pourra peute être vous paraitre un peu brouillon mais vous trouverez un peu de tout sur mon blog : des impressions de voyages, chroniques de concert, missives contre des organismes incompétants, à vous de voir ce qui vous interpelle le plus
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens