Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 11:38

Engagez-vous qu'il disait... Je suis plutôt quelqu'un de pacifiste, antimilitariste même. Prononcer "faites l'amour, pas la guerre" devrait pour moi, suffire à régler tout conflit. Moi qui à mon adolescence, pendant les vacances scolaires eus à subir les caprices autoritaires d'un beau-père ancien militaire de carrière et alcoolique au dernier degré. Quant au réveil au cléron vous savez, comme chantait Brassens : " La musique qui marche au pas, Cela ne me regarde pas". En 1996 lors de son premier mandat, lorsque Chirac annonça la fin du service militaire, j'en fus le premier heureux. Né le mois de juillet de l'année 1979, je me retrouvais dans une tranche d'âge où je fus même dispensé des trois jours sous les drapeaux. Le grand Jacques... Il a fait quelques conneries mais là, j'étais prêt à lui faire du baisemain pour le remercier de sa réforme. Je n'ai jamais appris le maniement des armes, hormis celui de la carabine à plombs. Avec mon grand-père, on s'entrainait dans le potager à Wimy, sur des tomates bien mures encore sur pied, ce qui ne faisait pas plaisir à ma grand mère. A peu près tout ce que je connais de l'art de la guerre, je l'ai survolé dans "Rambo I", étudié dans "Rambo II" et approfondis dans "Rambo III". Quelques techniques de combats rapprochés, m'ont été enseignées au dojo d'Hirson mais à part cela, je n'ai rien à faire ici, planqué derrière un chêne, avec mes compatriotes, armes automatiques à la main, au beau milieu de la forêt domaniales de Fourmies. Ca canarde de partout. On entend les balles siffler dans le vide ou venir percuter les troncs des arbres. Dans la panique générale, les gradés donnent leurs consignes et il faut tendre l'oreille pour les écouter. A l'instant même, je souhaite que ma tenue de camouflage remplisse sa première fonction : me cacher. Comme le caméléon, je veux me fondre dans le paysage thiérachien. J'aimerai être l'homme invisible pour ne pas être repéré. Nous portons tous des masques, probablement au cas où, des armes chimiques seraient utilisées par l'ennemi. Chaque camp reste sur sa position et attend, brisant parfois le silence en envoyant quelques rafales. La situation et des plus angoissantes. Avec quelques camarades, nous nous retrouvons en première ligne, à portée de canons. Les belligérants ont décidé de nous faire sortir de nos terriers en nous balançant des grenades qui, en explosant, font soulever le tapis de feuilles mortes du sol. Toute cette bêtise pour aller récupérer un étendard que les deux protagonistes protègent, telle une relique... Quand cela va t-il cesser ? Je ne pense qu'à une seule chose, que l'un des deux adversaires abdique et agite le drapeau blanc, empocher ma solde et rentrer au pays, boire une Chimay bien fraîche avec les copains. Pourquoi nous battons-nous ? Ce conflit n'est pas à caractère politique, religieux ni même économique... Il est question d'honneur, de fierté. Personne ne voudra céder le premier. C'est " à la vie, à la mort !". De la buée se forme devant mes yeux, je suffoque dans mon masque. Les autres avec qui l'on entretenait encore de bonne relations diplomatiques la veille, ont dû m'empoisonner pendant le grand rassemblement. Mes oreilles bourdonnent, j'ai mal à la tête, je suis nauséeux. Y a pas de doute, on m'a drogué avec la gniole de l'arrière grand-mère. Je dois retirer mon masque, qu'importe les risques... Fin de la partie ! Ce weekend de septembre en famille fût d'abord celui des retrouvailles autour d'une grande table, mais devint le dimanche matin, sur le terrain de paintball de Fourmies. le terreau d'une compétition sans merci entre la vieille et la jeune génération.

Partager cet article

Repost 0
Published by berenger
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les carnets de Bér.
  • Les carnets de Bér.
  • : Cela pourra peute être vous paraitre un peu brouillon mais vous trouverez un peu de tout sur mon blog : des impressions de voyages, chroniques de concert, missives contre des organismes incompétants, à vous de voir ce qui vous interpelle le plus
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens