Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 18:12

Nous ne sommes pas en Louisiane ni dans un autre état du sud des Etats-Unis. L'esclavage a été aboli il y a plus de cent cinquante ans. Pourtant , nous travaillons comme des forcenés dans ce champ depuis l'aube. La rosée du matin s'est infiltrée par dessus nos bottes de caoutchouc et à la mi-journée, nos pieds marinent encore dans nos chaussettes humides. Les feuilles coupantes des végétaux nous lassèrent les genoux et le bas des cuisses. Nos jambes ankylosées sont une mosaique de griffures, de petites cicatrices. Nous avons le dos brulé par le soleil. Nous sommes de véritables rednecks ( dos rouge ) au sens propre du terme. L'échine toujours courbée vers la terre, usés par les efforts à répétition, les lombaires sont douloureux. J'ai des cloques aux doigts malgré la protection que m'offre une paire de gants. Notre patron, un riche propriétaire terrien, inspecte nos moindre faits et gestes, hurle ses consignes, depuis un chemin de terre, accoudé contre son 4*4 en sifflant des bières gardées au frais dans une glacière. Son chien, un molosse grognard la bave aux babines, fait des allées et venues entre les hayons, reniflant et suivant la probable piste d'un lièvre. Il fait une chaleur moite et écrasante en cette belle journée de juillet. J'ai le front qui perle sous la visière de la casquette vissée sur la tête pour prévenir les risques d'insolation. Le sang bat dans mes tempes. J'ai mal à la tête et la bouche sèche, premiers symptômes de la déshydratation. Mon âme pour une mousse bien fraîche ! Même de la pisse d'âne comme les Kronembourgs qu'enquille l'une après l'autre le boss. Nous avons fait une pause rafraîchissement il y a une heure de cela. Nous eûmes droit à de l'eau tiède, à boire au goulots de bouteilles en plastique, qui étaient stockées à l'ombre, sous le Range-Rover. Le prochain break ne se tiendra pas avant une heure. Pas une minute de plus, pas une minute de moins. Il est impossible d'y déroger; Nous essayons tant bien que mal de maintenir la cadence, mais nos organismes sont fatigués. Las, le moral au plus bas, nous sommes de moins en moins productifs. Pour redonner du baume au cœur de mes compagnons d'infortune, j'entame à voix haute un gospel :

" _ When Israel was an Egypt land..., J'attends quelques secondes, pas un n'embraye, pas un écho... Je décide de continuer.

Oppresed so hard they could not stand., Enfin des voix s'élèvent au beau milieu de ce carré de la superficie d'un hectare :

_ But let my people go.

_ So the lord said : " Go down Moses

Way down in Egypt land

Tell all pharaoes

Let my peop...

_ C'est pas fini ce rafut ! Je vous paie pour travailler, pas pour que vous chantiez je ne sais quoi !

_ Enfoiré d'esclavagiste !, Je dis à voix basse.

Travailler comme saisonnier pour un cul-terreux de Lemé et arracher les mauvaises herbes dans un champs de betteraves qu'il avait oublié de traiter, n'était pas une partie de plaisir.

Partager cet article

Repost 0
Published by berenger
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les carnets de Bér.
  • Les carnets de Bér.
  • : Cela pourra peute être vous paraitre un peu brouillon mais vous trouverez un peu de tout sur mon blog : des impressions de voyages, chroniques de concert, missives contre des organismes incompétants, à vous de voir ce qui vous interpelle le plus
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens