Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 11:50

    En ces temps de crise, nous eûmes le possibilité de voir CURRY AND COCO en concert à l’Aéronef ce mardi 27 janvier et gratuitement s'il vous plaît !

    Le rendez-vous était pris, une opportunité comme celle-là, ne se refuse pas de nos jours car comme dans le film prophétique, nous vivons en ce moment " Une époque formidable. "

   Nous-nous rendîmes donc à cette évènement musical  à pied, après avoir mangé des pattes nature et bu du Ricard frelaté, dilué à l’eau de cuisson des nouilles sur lesquelles nous nous somme jetés comme des affamés. Pour le dessert, le rouquin sortit le syphon à chantilly qu'il venait d'acheter en solde mais comme il n'avait pas de crème fraîche, nous vidâmes les cartouches de gaz hilarant dans des ballons que nous prîmes sous assistance respiratoire. Même l'air se faisait rare !

Arrivé à l’intérieur, je fus agréablement surpris : la salle était chauffée, j'allai enfin pouvoir réchauffer mes pieds qui prenaient l'humidité à travers mes baskets trouées !!

    Le décor n’était pas digne d’une réception Élyséenne : La salle était petite, juste de quoi accueillir les 250 invités dont nous fîmes partis et aucun petits fours à se mettre sous la dent alors que mon insatiable estomac gargouillait toujours.

    La scène avait aussi dû subir les conséquences d’une restriction budgétaire, de constitution minimaliste, chevauchée d’un orchestre peu énergivore, uniquement composé d’une batterie et d’un synthétiseur. Je me suis dit à ce moment là « pourvu qu'il n’y ai pas de retard dans le paiement des factures et que l’on ne nous coupe pas l’électricité ». Une heure après notre arrivée, le concert tardait à démarrer et pas un membre du groupe ne pointait son nez. «  Peut être sont-ils venus eux-aussi à pied ? » Me demandai-je.. « Ou en stop ? A voir les prix du litre d'essence à la pompe, ça ne serait pas étonnant  ».

    Peu de temps après, la lumière baissa et mon angoisse de me retrouver dans le noir, sans chauffage et sans musique augmenta au fur et à mesure que l’ambiance se tamisa. C’est à ce moment qu’ils entrèrent en piste. Le batteur portait un marcel, des grosses lunettes, la barbe et avait les cheveux longs et gras. Quant au chanteur et joueur de synthé qui probablement dans un souci de rentabilité, n'était qu'une seule et même personne, celui qui multipliait les casquettes avait l'air plus propre sur lui. Avec des faux airs de Jammie LIDDEL, vêtu d'une chemisette, rasé de prêt et bien peigné. A croire que les deux frangins se prêtaient rasoirs, shampooing, lessive et autres accessoires de toilettes à tour de rôle.

    Le show commença mollement, ce qui ne rassura nullement la confiance des ménages qui s'étaient déplacés, mais le rythme et les décibels croissèrent de façon exponentielle dès le second morceau avant d'osciller par la suite entre des périodes de récession et des périodes de fortes activités. L'ensemble fût plutôt satisfaisant avec un style que je qualifierai de "pop électro" ou "électro eighties" avec quelques bombes comme sex is fashion ou smoke qui nous rappelaient que si l'on a le sens de la débrouille, on peut faire beaucoup de chose avec peu de moyens.

Partager cet article

Repost 0
Published by berengerlapin.over-blog.com - dans concerts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les carnets de Bér.
  • Les carnets de Bér.
  • : Cela pourra peute être vous paraitre un peu brouillon mais vous trouverez un peu de tout sur mon blog : des impressions de voyages, chroniques de concert, missives contre des organismes incompétants, à vous de voir ce qui vous interpelle le plus
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens