Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 08:43

MERCREDI 21 MARS 2012.

 

    Moi qui me vantai souvent de ne jamais avoir connu de blessure, malgré des années passées à pratiquer du judo, du  basket et du foot en extérieur sur des piègeuses pâtures comme en salle, il suffit qu'un ballon puissamment frappé croise le chemin de l'arrête externe de mon pied gauche en extension, pour que la cheville craque. Tout de suite, je devine que ça sent mauvais et je ne cherche pas à reprendre mes appuis, me laissant tomber sur le revêtement synthétique du terrain. Je reste un moment sur le sol, refusant de poser le pied à terre, et attendant que quelqu'un me porte secours pour évacuer l'aire de jeu. J'assiste à la fin de la rencontre du bord du rectangle vert en pressant une poche de glace sur ma cheville gonflée et bleuie. 

    Parce que je décide de ne pas aller à l'hôpital tout de suite, on me raccompagne chez-moi. La douleur est supportable alors je prends la décision d'attendre le lendemain et regagne ma chambre, en montant les escaliers menant au premier étage sur les fesses, à reculons et en poussant avec la jambe encore valide.

 

JEUDI 22 MARS 2012.

 

   La nuit ne fût pas trop mauvaise vu les circonstances. Au réveil, je prends une douche car je suis pas repassé par les vestiaires du futsal la veille et j'ai beaucoup transpiré pendant mon sommeil. Puis, nous décidons ma petite amie et moi de prendre la route pour le CHR de Lille. Le hic, c'est que j'ai laissé mon portefeuille avec ma carte vitale au complexe sportif, comme caution en échange du prêt du ballon et des chasubles. Stéf prends la route pour Villeneuve-d'Ascq afin de récupérer mes papiers une fois que je suis pris en charge par les urgentistes.

 

   Pour une première incursion dans l'univers du Docteur Ross, je suis brancardé de part et d'autre du service. formalités administratives faites, je passe devant un premier check-point où me questionnent trois gardiennes. On scrute ma chaire meurtrie et on me demande d'évaluer la douleur sur une échelle de un à dix.

   " _  Euh... Si j'ai pas mal, je peux dire zéro ? "

      Je suis transféré en salle de suture, à attendre qu'une interne blasée de traiter les traumatismes de foot du jeudi matin, m'examine. Cette fois, on me manipule, m'oblige à pauser le pied et aussitôt, je reconsidère ma précédente évaluation sur le barème du supportable. Ensuite je suis poussé avec mon lit à roulettes en salle de radio par un infirmier efféminé qui trouve mon nouveau look de très mauvais goût : une basket au pied droit, un chausson à l'autre.   

   " _ Excusez-le, c'est une victime de la mode ! ", me soufflent ses collègues femmes.

   Comme à la radio, on soupçonne une légère fracture où selon leurs termes " un arrachement osseux "  on m'expédie passer un scanner. J'attends les résultats dans un couloir, devant une chambre porte fermée. Derrière, un jeunhomme faisant une crise d'appendicite, dégobille de toutes ses tripes avant qu'on lui prête une tondeuse pour qu'il se rase le mont du pubis. Dans la chambre d'en face, une aide-soignante placarde une fiche de procédure de mise en quarantaine, a priori parce qu'un diagnostic n'a pas était déterminé chez une femme qui revenait d'un voyage, dans une contrée exotique. Les visiteurs qui viennent s'assurer de l'état de santé de la femme soumise au principe de précaution, doivent impérativement enfiler blouses blanches et masques, avant d'approcher son lit. Enfin, je termine le tour du propriétaire par la salle de plâtrage afin d'immobiliser ma cheville de trois à six semaines pour soigner cette " vilaine entorse ".

 

   Cinq heures après avoir été admis aux urgences, je suis libéré en début d'après-midi, l'estomac dans les talons. Sans faire d'entorse à un quelconque régime, nous nous arrêtons au MC-Drive avant de rentrer à la maison.

 

VENDREDI 23 MARS 2012.

 

   L'avantage avec ma patte folle, c'est qu'il m'est impossible de me lever du pied gauche. Je fis donc mine d'être de bonne humeur ce matin même si mon chat me fait hérisser les poils à se mettre toujours en travers de mon chemin, à marcher sur mon plâtre-bande...

   Après la visite tardive du médecin hier soir, il fallut que je rende compte à mon employeur par téléphone de mon indisponibilité qui porte pour le moment sur une durée de quatre semaines.

   _ " Seras- tu là pour la journée de formation du 30 ?, me demande t-on.

   _ Oui, ma petite amie ne travaille pas et pourra me déposer.", Fais-je, sans me douter déjà des difficultés que cela impliquerait.

 

   Après mon patron, j'avertis également par sms mes coéquipiers du basket de mon absence pour les semaines, voir les mois à venir, car le vendredi soir est habituellement consacré aux entraînements.

   _ " Merde, qu'est-ce t'as branlé ? ", me répond Mike avec son langage de charretier qui n'est pas en accord avec sa fonction dans les relations publiques.

   De mes dix doigts, je tapote le diagnostique :

   _ Avulsion osseuse de la pointe de la malléole latérale témoignant une fracture arrachement ligamentaire avec épaississement des parties molles.  

   _ Putain, merde, ça craint ! Bon rétablissement et on espère te revoir très vite.

 

SAMEDI 24 MARS 2012.

 

   Tantôt coéquipier les mercredis, tantôt adversaire selon la composition des équipes, Guy est passé prendre sa moto qui dormait dans le garage et profita de l'occasion pour installer sur mon pc portable, des jeux vidéos. Avec les films que je lui avais déjà piqué sur son disque dur, j'ai désormais de quoi passer le temps.

 

   Après le départ de mon collègue footeux en pleine possession de ses moyens, je décide de prendre une douche, moi qui ne connais pas encore la technique du sac à poubelles. Quelle défi ! Une serviette jetée à terre, un linge abandonné sur le sol, deviennent aussi glissants qu'une peau de banane. Dans la baignoire, je joue les contorsionnistes, suivant les conseils de Bear Grylls lorsqu'il escalade une fissure entre deux falaises : Toujours garder trois appuis ! La jambe gauche en l'air, le plâtre pendant dans le vide, la main gauche sur l'autre rebord de la baignoire et le robinet dans le dos, il ne me reste plus qu'une mimine disponible pour faire ma toilette. Après séchage et rhabillage, c'est à bout de souffle que je m'écroule dans mon canapé, comme l'otarie de la pub IKEA.

 

DIMANCHE 25 MARS 2012.

 

   Quatre jours à prendre des anti-inflammatoires et j'ai les intestins en feu. Sur l'ordonnance, figuraient aussi des Doliprane mille et une piqûre quotidienne de Arixtra 2,5mg pour prévenir de la phlébite. J'ai lu sur Doctissimo qu'une phlébite et un caillot de sang qui peut se former pendant une longue immobilisation d'un membre qui, dans les cas les plus graves, conduirait à une embolie pulmonaire. C'est rassurant ça ! Aux urgences, le toubib m'avait laissé le choix entre faire appel à une infirmière qui viendrait chaque jour à domicile, à la même heure pour faire l'injection, ou alors, m'administrer l'anti-coagullant comme un grand. Après un petit moment d'hésitation, j'opte pour la deuxième solution, la moins contraignante pour moi-même, et la moins onéreuse pour la sécurité sociale. Depuis quelques jours, j'ai des bleus sur le ventre, aux divers endroits où l'aiguille s'enfonce sous la peau.

 

LUNDI 26 MARS 2012.

 

   Le jeu "Football manager" n'a pas beaucoup changé depuis la dernière version sur laquelle j'avais passé beaucoup de temps. A l'époque, je devais être encore au lycée et je m'étais essayé à la fonction d'entraîneur du PSG pour la saison 1999-2000 . Il existe cependant quelques améliorations comme la possibilité désormais d'assister aux conférences de presse ou de regarder et enregistrer les ralentis des buts marqués ou encaissés. Je me suis lancé dans une nouvelle partie à la tête de l'Olympique Lyonnais, j'espère que la saison sera riche en trophées.

 

MARDI 27 MARS 2012.

 

   Télé, internet, internet, télé... J'ai l'impression que mes journées ne se résument qu'à ça, et ce n'est pas qu'une impression ! Dommage que la blessure ne soit pas intervenue un peu plus tard, pendant l'Euro ou durant les Jeux Olympiques. " Le sport à la télé ou sur Playstation, comme l'avait déclaré l'infirmier fashion victim, c'est encore ce qu'il y a de moins dangereux ".

   Chaque matin, j'écume sur le web les jeux concours et participe à un maximum de tirages au sort, à partir du moment où les lots mis en jeu m'intéressent. Peut-être qu'avec une telle assiduité, je regagnerai quelque chose d'aussi beau qu'une croisière en Norvège à bord du Hurtigruten.

   Aujourd'hui, je fais une scéance cinéma à domicile avce les films que Guy m'a copié. En premier, je visionne Sherlock HOLMES et ensuite Limitless. En ce qui concerne la première adaptation, même si je ne connais pas son oeuvre , je ne suis pas sûr que celle-ci soit fidèle aux romans de Sir Arthur Conan Doyle. Pour le deuxième movie, nous suivons un écrivain atteint du syndrome de la page blanche et qui découvre des gélules lui offrant la possibilité d'exploiter cent pour cent des capacités de son cerveau. Sous l'effet des psychotropes le personnage principal connaît une ascension sociale extraordinaire mais rencontre également quelques problèmes, pour certains liés aux effets secondaires de cette drogue. Le deuxième long métrage était assez captivant et m'a fait pensé sur certains points au " Fight Club " de David Fincher. Les deux productions ont en communs, la dénonciation du libéralisme à outrance et la schizophrénie des personnages principaux.

 

MERCREDI 28 MARS 2012.

 

       Je reviens de l'extérieur et j'en ai plein la patte. C'est le manque de nicotine qui m'a poussé à mettre le nez dehors, pendant mes heures de sortie. Je voulais acheter des clopes au tabac au bout de la rue. Il faisait doux et sec, chose rare à Lill. J'ai mis une éternité à faire trois cents mètres, me traînant péniblement en faisant des pauses fréquentes, reprenant mon souffle au beau milieu d'un passage clouté. Toute cette peine pour me retrouver devant une porte fermée.

       Il faut que j'appelle ma patronne. Je ne pourrai pas aller à la journée de formation vendredi. Pas avec se moulage de plomb, accroché à ma jambe.

 

 

JEUDI 29 MARS 2012.

 

    Kébabs, pizzas, américains-fricadelle, traiteurs asiatiques, hamburgers... Je me demande bien ce que nous allons manger ce soir, maintenant que nous avons fait le tour des plats à emporter. A la longue, je crains que les menus soient aussi variés que les programmes de " Planet No Limit ". En une semaine à peine, j'ai déjà vu toutes les rediffusions de " Sos Alligator, Les traqueurs de Fantômes" ou encore " Tune mon Truck"... La semaine, avant d'aller travailler, Stéf met mon assiette et les couverts sur la table pour mon repas du midi, comme une auxiliaire de vie ferait de même pour un vieillard qui aurait perdu toute autonomie.

    Ne pas pouvoir faire la popote m'ennuie. De temps en temps, j'entreprends de faire la vaisselle mais je suis contraint de faire des coupures, pour reposer la jambe d'appui par défaut. Même si je suis droitier, j'aurai préféré que ce soit cette jambe qui soit immobilisée. L'autre est beaucoup plus musclée, ou plutôt l'était dois-je dire, parce que mon mollet de campeur devient flasque et fond comme neige au soleil. Je devenais assez adroit du gauche devant les petites cages du Footsalle. 

 

VENDREDI 30 MARS 2012.

 

   Une camionnette se gare devant la maison. Un coursier coupe le contact, sort et sonne à la porte. Je prends mes béquilles et vais ouvrir :

    " _ Monsieur Jean DEBOIS ?

      _ Oui ?

      _ J'ai un colis pour vous.

      Il me tend un énorme paquet.

      _ Vous voulez bien entrer et le poser sur la table du salon ? Comme vous le voyez, je suis un peu emmerdé...

      _ Bien-sur., Il pose le carton là où je l'ai demandé.

      _ Tenez. Signez ici.

    L'employé de Chronodrive une fois reparti à bord de son véhicule pour une prochaine livraison, j'arrache l'emballage.

    Mmm, je connais une gourmande au palais délicat qui va être heureuse de découvrir un frigo rempli de boissons sucrées. Je décolle un petit carton scotché au pack de canettes de Tropico sur lequel est écrit quelque chose à l'encre noire : " BRAVO ! VOUS ETES L'HEUREUX GAGNANT DE NOTRE GRAND JEU CONCOURS TROPICO POUR LA SEMAINE DU 19 AU 25 MARS.

POUR VOUS REMERCIER, NOUS AVONS LE PLAISIR DE VOUS OFFRIR UN PACK DE 36 CANNETTES DE VOTRE BOISSON FAVORITE.

AVEC TOUTE NOS FELICIATATIONS !

                                                                                                          COCO."

 

   Je me souviens avoir joué sur le net. C'était un concours photo où il fallait envoyer une image la plus représentative possible de la marque. Je suppose que la photo devait être prise par la personne qui concoure mais j'ai grugé un peu. J'ai en fait, utilisé une photo de moi avec un énorme ara sur l'épaule. Le shoot fût pris par un professionnel, à l'entrée d'un par d'attraction. Je l'avais ensuite acheté à la sortie.

   C'est tout pour aujourd'hui.

 

SAMEDI 31 MARS 2012.

 

   Je viens de terminer ma première année virtuelle à donner mes consignes aux Gomis, Lissandro, Kallstrom, Bastos et consorts. Le bilan de la saison est mitigé. Certes je termine second du championnat et qualifie mon équipe directement en Ligue des champions, sans passer par le tour préliminaire, mais Lyon n'a brillé dans aucune coupe. Comme monsieur Aulas ne m'a pas ( encore ) viré, je prépare la prochaine saison en m'activant sur le marché des transferts pour, peut-être, dénicher la perle rare.

 

DIMANCHE 1ER AVRIL 2012.

 

   Dans l'édition en ligne de La Voix du Nord, je tombe sur un article qui traite de " La Quinzaine de L'Entorse ".Il s'agit d'une manifestation culturelle qui a lieu tous les ans à Lille et qui gravite autour du thème du sport et plus particulièrement cette année, autour de l'olympisme. En lisant le titre de ce festival, je ne peux m'empêcher de cliquer sur l'îcone avec un pouce levé qui signifie que " j'aime " ce lien. Peut-être que pour la prochaine édition, je pourrai leur envoyer ce journal que je voulais au départ intitulé " Journal d'un estropié " mais finalement, " L'entorse " paraît plus significatif, plus évocateur et plus élégant.

.

 VENDREDI 6 AVRIL 2012.

 

    Aujourd'hui c'est la débandade ! J'étais un peu anxieux la veille, car j'attendais ce jour avec impatience. Cela fait plus de deux semaines que je ne vois du pied gauche, que les dernières phalanges de mes orteils. Le plâtre une fois enlevé, je me sent d'abord plus léger avant de m'apercevoir qu'au bout de la jambe, le pied est enflé comme une Belle de Fontenay éclatée, parce qu'on l'a laissé trop longtemps cuire dans l'eau bouillante.

    Je sors du service traumatologie, le pied nu parce que je n'ai pas prévu de basket assez grande à enfiler, muni d'une nouvelle ordonnance ainsi que d'un rendez-vous pour une échographie le vendredi suivant.

   A nouveau, c'est Stéf qui se coltine la mission d'aller à la pharmacie. Elle revient avec mes nouveaux jouets, d'autres seringues à usage unique, une atèle que je devrai porter nuits et jours pendant deux semaines et, de la pommade, du Voltarène que j'étalerai une fois le pied encore maculé de plaques de plâtre, lavé à l'aide d'une bassine..

    J'avais arrêté les anti-douleurs et anti-inflamatoires mais je viens d'en reprendre. Ma cheville me fait un mal de chien. La douleur qui s'était terrée et endormie au chaud à l'intérieur du plâtre, vient de se réveiller maintenant que nous avons détruit sont nid douillet.

 

SAMEDI 7 AVRIL 2012.

 

   Dans mon entourage, tout le monde est heureux de ne pas travailler lundi. Je leur réponds que j'en ai encore pour au minimum deux semaines de repos forcé. Le comble, c'est que je passe pour un veinard, quelqu'un qui a de la chance de rester bloqué, allongé dans son canapé pendant d'interminables heures.

   Ce samedi, c'est différent. Nous allons profiter de ce long week-end pour nous aérer un peu, respirer l'air pur et humide de Thièrache et nous attabler en famille, autour d'un morceau d'agneau sacrifié pour les fêtes de pâques. Manger et boire, voilà un truc qui est dans mes bandes ! Bien entendu, je ne prendrai pas mes cachets aujourd'hui pour ne pas faire une mauvaise association avec l'alcool. De plus, la douleur a complètement disparu. Peut-être avai-je trop serré mon atèle hier ?

 

DIMANCHE 8 AVRIL 2012

 

   Se déplacer avec des béquilles n'est pas chose évidente. Le faire beurré l'est encore moins. Il paraît que je me suis vautré de tout mon long la veille en sortant fumer une ultime cigarette, après une énième poire. Je m'en souviens vaguement, les bleus sur ma cuisse droite me rafraîchissent la mémoire.

    L'avantage avec mon handicap temporaire, c'est que je suis exempt de la traditionnelle chasse aux oeufs. Une première depuis trente-deux années. Pendant ce temps, j'entreprends une sieste digestive dans mon ancienne chambre. Je ne me dispenserai pas pour autant de faire quelques provisions de chocolats que je pourrai grignoter la semaine devant la téloche.

    Comme activité ludique, en lieu et place de la cueillette chocolatée, je propose à ma grand-mère que nous fassions une course de cannes sur la place de la gare. Malheureusement, la météo ne si prêtera pas.

 

LUNDI 9 AVRIL 2012.

 

   Hier, j'ai évité de trop picoler cette fois-ci et me suis couché pas trop tard, peu de temps après le classico PSG-OM auquel nous avons pu assister, parce que mon père bénéficie actuellement d'un mois d'essai à la chaîne cryptée. Nous rentrons à Lille en fin d'après-midi les estomacs ballonnés et épuisés. Neveux et nièces étaient en ' pleine forme " ce week-end.

 

MARDI 10 AVRIL 2012.

 

   Pour une fois que j'ai une ordonnance qui n'est pas écrite avec des pattes de mouche, je me lance :

   " _ Allô ?

     _ Bonjour Monsieur. Je vous appelle car suite à une entorse grave de la cheville, j'ai une ordonnance pour une douzaine de séances.

     _ Oui, expliquez-moi.

     Je lis le papier :

      _ Alors, les travaux consisterons en un drainage lymphatique, renforcement musculaire en isométrique et concentrique, physiothérapie antalgique, rééducation pro-prio-ce-ptive , je ne sais pas si je prononce correctement ?

      _ Oui oui, c'est correct Monsieur. Ce sont les traitements classiques pour ce type de pathologie. Très bien, je ne pourrai pas vous prendre cette semaine car je n'ai pas de place, mais je peux vous caser trois séances la semaine prochaine. Voyons, vous êtes en arrêt ?

      _ Oui.

      _ Disons lundi 16 à dix-sept heures, mardi à douze heures et jeudi 19 à douze heures trente. ça vous convient ?

      _ Parfait.

      _ Alors c'est noté. N'oubliez pas de ramener la première fois carte vitale, attestation de la complémentaire et vos radios.

       _ Pas de souci. Et bien merci beaucoup Monsieur et à la semaine prochaine. Bon week-end. "

 

VENDREDI 13 AVRIL 2012.

 

   Échographie faite et surprise, c'est une cheville ! Ne manque plus qu'une IRM pour compléter mon album Panini de l'imagerie médicale. L'examen, toutes les mamans le connaissent. Il consiste à passer une sorte de scanner sur votre peau enduite de gel pendant que l'on scrute sur un écran votre beauté intérieur. Le reste ne sont que des commentaires dans un jargon médical incompréhensible. Je me suis quand-même fait un peu gronder car l'oedème est encore conséquent et qu'il faut que je mette plus la jambe en surélévation et que je prenne des bains de pied glacés. Je veux bien faire tout ce que l'on me demande, mais la glace... Brrrrr ! J'ai le ressenti que le froid provoque plus la douleur qu'elle ne la soulage.

 

SAMEDI 14 AVRIL 2012.

 

    Pour la finale de la coupe de la ligue, j'envoie Stéf m'acheter une Trois Monts chez Momo. Je sors la bouteille du frigo au moment du coup d'envoi et la ramène jusqu'au salon à cloche-pied. J'ai oublié de prendre un tire-bouchon en passant dans la cuisine. Je dévisse donc le bouchon avec mes dents et une bonne partie du breuvage m'explose à la tronche. Une deuxième binouze n'aurait pas été de trop pour luter contre l'ennui jusqu'au terme des prolongations de ce match soporifique.

   Marseille ne démérite pas de gagner. Les phocéens sont les plus entreprenants avec une seule occasion en quatre-vingt dix minutes... Lorsque Brandao s'apprête à rentrer sur le terrain pendant le temps additionnel, je me doute qu'il va se passer quelque chose avec lui. Le sport est fait de belles histoires. C'est écrit il va marquer comme il l'a fait contre l'Inter de Milan en quart de finale retour de la ligue des champions. Lorsque l'attaquant brésilien plante quelques minutes après être rentré en jeu, je m'écroule de rire sur mon canapé. Le joueur tant décrié pour sa technique pauvre,devient le héros de Marseille.  Je suis cependant triste d'avoir vu un Lyon aussi apathique et impuissant. Le club rhodanien que l'on a connu tellement régulier et performant sur la scène nationale et européenne ses dernières années, connaît une inquiétante période de récession. La troisième place en championnat semble promise à Lille. La quatrième place qualificative pour l'Europa-Ligue sera disputée entre plusieurs prétendants. La finale de la coupe de France contre Quevilly semble être la dernière bouée de sauvetage à laquelle les Gônes peuvent encore se raccrocher.

 

MARDI 17 AVRIL 2012.

 

   Aujourd'hui j'ai mon premier rendez-vous chez le kinèsithérapeute. On dénombre pas moins de trois cabinets rien que dans ma rue. Bien entendu, il a fallu que je choisisse celui qui est le plus éloigné de la maison... Même si je n'ai que trois cent mètres à faire, je pars un bon quart d'heure en avance pour me traîner jusque là bas. La première séance consiste en quelques massages doux pour faire résorber l'hématome.

 

MERCREDI 18 AVRIL 2012.

 

    Ce qu'il ya de bien ici, c'est que la salle d'attente est remplie d'anciens numéros de l'Equipe magasine et de revues sur la course à pied. D'ailleurs, c'est certainement par le footing que je reprendrai une activité sportive. Le foot et le basket seront mis de côté un moment, parce que ces activités sont trop violentes pour une cheville convalescente. Je termine de lire un article sur le sport et l'alcool quand une jeune femme ouvre la porte.

   "_ Monsieur, je crois que nous avons rendez-vous ensemble.

    _ Vous êtes sure ?, J'ai un doute. Le cabinet est composé de trois personnes. Il me semble que les kinésithérapeutes sont deux hommes et que Mademoiselle est ostéopathe.

    _ Oui oui, vous  voyez bien que vous êtes seul à attendre. J'en déduis que nous avons rendez-vous ensemble.

    J'entre dans une pièce, me déchausse et enlève mes chaussettes.

    _ Alors, vous vous êtes fait renversé par un camion c'est ça ?

    _ Pas du tout, il s'agit d'un accident de foot, en voulant contrer un ballon.

    _ Oh ! Excusez-moi. Vous aviez raison, c'est bien Charles qui va s'occuper de vous. C'est pas juste, j'ai jamais de sportif moi qui aime parler de sport."

    Je me rechausse et retourne dans la salle d'attente avant d'être pris en charge cinq minutes plus tard.

 

VENDREDI 20 MARS 2012.

 

    Chers amis,
    A trente-deux ans et neuf mois, je suis fier de vous annoncer que j'ai fait aujourd'hui mes premiers pas. Souhaitez-moi la bienvenue dans le monde des plantigrades. Je vais pouvoir ranger mes béquilles au grenier. Quelqu'un a une échelle ?
    Quel bonheur de retrouver un minimum d'indépendance. Viva la libertad !

    C'est à le demande du docteur de garde, lors de ma consultation du matin, que je me suis lancé dans le grand bain. Pieds-nus, j'ai d'abord fait un pas devant l'autre, ramené l'autre pied à hauteur de son prédécesseur.    

     " _ Bien. Essayez de marcher normalement maintenant, d'une démarche fluide."

      J'ai reculé, fait demi-tour pour avoir de l'espace devant-moi et miracle ! Évidemment les articulations et les tendons sont raides et un escargot pourrait me doubler sans difficulté, mais au moins, il n'y a pas de douleur aiguë. Je parviens même à monter les escaliers debout, ce qui me change de sur le cul. Stef quand à elle est partagée entre un sentiment de soulagement et d'appréhension.

 

 

SAMEDI 21 MARS 2012.

 

   Si je peux marcher, alors je peux conduire. Pour me rendre chez le médecin afin de prolonger mon arrêt qui court jusque lundi, j'emprunte la C3. La cheville est encore un peu raide pour enfoncer à fond la pédale d'embrayage mais je parviens quand même à passer les vitesses. Ce qu'il faut, c'est que je ne roule pas trop vite pour ne pas avoir à écraser la pédale de mon pied gauche trop brusquement. Je trouve une place de parking pas trop loin du cabinet. Comme je suis en avance, je profite de l'occasion d'être en ville pour me rendre lentement mais sûrement dans un magasin de téléphonie. Je dois acheter un chargeur pour mon Nokia. Cela fait prêt d'un mois que je n'ai plus de batterie et peut-être que si j'avais été joignable, j'aurai reçu plus de visite. Le médecin généraliste est généreux lorsqu'il s'agit de donner des jours de repos. Il me propose trois semaines supplémentaires. Je refuse et négocie pour que je sois arrêté jusqu'au lundi 30 parce que cette semaine là, j'avais posé des congés et j'aimerai partir à Deauville, me dégourdir les jambes plutôt que de rester alité. Je sors du cabinet avec une ordonnance pour une chevillère mais je ne sais pas encore si je la mettrai. Il y a deux écoles pour le port d'une chevillère après une entorse. Certains spécialistes sont pour, d'autres disent qu'il faut remuscler plutôt que maintenir;

 

JEUDI 26 AVRIL 2012.

 

   Dernier rendez-vous chez mon masseur avant que nous partons réciproquement en vacances, à Aix en Provence pour lui, à Deauville pour moi-même. Je rentre à la maison avec en poche, une série de petits exercices alors que dans ma tête son enregistrées une tripotée d'interdictions ; Interdiction de marcher sur le sable, interdiction d'aller à la piscine, interdiction de faire du vélo... On fera avec, ou plutôt, on fera sans !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by berenger
commenter cet article

commentaires

c2_brice 22/11/2014 16:54

Bonjour,
Vraiment sympa à lire ce journal même si, comme on peut le lire, ça n'a pas du être facile tous les jours ...
Finalement, aujourd'hui, 2 ans après, tu en es où ? A découvrir pour ceux qui font du sport et qui ont peur de l'entorse : les chaussures EKTIO, avec une technique de soutient spécialement développée pour lutter contre le risque d’entorse !

c2_brice 22/11/2014 16:55

Quelques photos du produits :
http://www.basket-ektio-france.com/la-chaussure-de-basket-ektio-en-details.html

Présentation

  • : Les carnets de Bér.
  • Les carnets de Bér.
  • : Cela pourra peute être vous paraitre un peu brouillon mais vous trouverez un peu de tout sur mon blog : des impressions de voyages, chroniques de concert, missives contre des organismes incompétants, à vous de voir ce qui vous interpelle le plus
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens