Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 19:14

 

entrée du jardin mosaicJ'ai souvent posé mon arrière train sur des banquettes usées de seconde classe à bord de T.E.R. Mon train de vie ne me permettait pas à l'époque de voyager en première. On peut dire que je suis un habitué du train, j'ai également fait quelques parcours en TGV et je ne compte pas les nombreuse boucles effectuées enfant, à bord de trains fantômes qui me laissaient frissonner d'effroi.

 

Ce train-train a commencé alors que je n'avais pas encore le permis de conduire.. J'allais le weekend et pendant les vacances scolaires rendre visite à ma mère qui habitait dans la Marne, prêt de l'aéroport de Vatry. Je m'étais fait des amis là- bas et c'est pourquoi je faisais régulièrement ce trajet chaotique. En effet, il me fallait plus de 4h pour parcourir environ 170 km. J'embarquais le vendredi après les cours en gare d'Hirson, prenais une première correspondance à Laon puis redescendais une autre fois sur les quais de la gare de Reims, là où j'embarquais à nouveau pour enfin terminer mon parcours à Châlons en Champagne. Le retour se faisait le dimanche soir et bien qu'il ne s'effectuait toujours pas à un train d'enfer, il était quelque peu différent : Je commençais mon voyage là où je le terminais quelques jours plus tôt, j'avais ensuite une première correspondance à Epernay jusque Reims où la plupart du temps je discutais avec un missionnaire que je croisais souvent dans le même wagon. Il essayait à chaque fois de me remettre sur de bons rails et de m'indiquer la voie à suivre en prêchant la bonne parole et en criant gare à la brebis égarée qui s'écartera du droit chemin. Je terminais enfin mon parcours en bus entre Laon et Hirson.

 

Depuis ma ville natale, j'ai également effectué quelques parcours via les chemins de fer jusque Lille. Je passais alors le weekend chez mes cousines et nous fonçâmes à toute vapeur le samedi soir jusque l'H2O, là où dans les toilettes de la boîte, quelques clubbers se faisaient des rails de marchandises achetées quelques instant plus tôt au même endroit. Il n'y avait pas besoin d'être un junky pour savoir se qu'il se tramait là bas. Au train où vont les choses, certains ont dû depuis complétement dérailler et ne jamais s'en remettre. Pour ma part, je me contentai de me biturer au bar à grandes rasades de TGV ( téquila, gin, vodka ) jusqu'à l'aube. Les rumeurs vont toujours bon train, mais tout ce qui pouvait se dire sur cet endroit était la plupart du temps vraie. Sur la piste, gays et lesbiennes s'exhibaient fièrement sans crainte d'être raillés par des homophobes. La soirée terminée, nous rentrâmes à l'appartement de mes cousines, je m'écroulai alors dans la couchette qui m'était destinée dans le salon.

 

Il m'est déjà arrivé une fois par le passé de rentrer de boîte belge par le train qui relie Tournai à Lille. Je m'étais rendu à la Bush avec un ancien collègue d'AXA et un couple d'amis à lui.

Le véhicule appartenait aux deux tourtereaux qui nous accompagnaient et lorsque mon ancien collègue est venu me prévenir à 5h du matin qu'ils étaient fatigués et qu'ils voulaient rentrer, je lui ai répondu : " Bah, ils peuvent rentrer s'ils sont fatigués, nous on reste, on trouvera bien un moyen pour regagner nos appartements ». Quelques heures plus tard, je retournai voir mon compère qui était resté avec moi, danser en assistant au levé du soleil et je lui demandais :  " Où sont passés tes amis ?

_ Tu te souviens pas Bérenger ? Tu leur as dit qu'ils pouvaient rentrer, maintenant on a plus de voiture pour retourner jusque Lille !

_ T'inquiètes- pas, je vais trouver quelqu'un pour nous ramener jusqu'à la gare de Tournay, de là on prendra le train. "  Ce fût chose faite, nous trouvâmes une âme charitable qui nous déposa devant la gare de Tournai. Quelques minutes plus tard un train devait partir pour Lille. Nous nous retrouvâmes alors sur le quai sans avoir eu le temps d'acheter nos billets mais nous avons pu en avertir la contrôleuse qui faisait les cent pas juste devant nous. A bord du train, des douaniers nous ont interpellé : " D'où venez- vous jeunes- hommes ?

_ De la bush.

_ Pouvez-vous me présenter vos billets ?

_ On ne les a pas encore acheté. "

 Nous sentîmes alors à ce moment là que nous allions avoir droit à un contrôle un peu plus poussé et espérâmes que l'on nous fera pas descendre du train à la prochaine étape. C'est alors que la contrôleuse du train entra dans notre rame et interrompît les agents qui s'apprêtaient à nous faire subir un contrôle d'un autre genre : " C'est bon messieurs, ils m'ont prévenu avant de monter qu'ils n'avaient pas acheté de billet." 

A la suite de son intervention, nous n'avons pas été importuné plus longtemps et nous avons pu rentrer à bon port, dans la ville où je vivait désormais, tranquillement.

 

Quelques années plus tard, les jumelles ce sont séparées, l'une à mis les voiles pour Montpellier et c'était alors l'occasion pour moi de tester l'installation des nouvelles lignes à grande vitesse qui rallient le nord au sud de la France en seulement 5h ! Je profitai alors d'une semaine de vacances pour partir dans l'Hérault. J'achetai les billets sur la toile pour la modique somme de 50 € l'aller / retour. Le site internet « troc de prem's » met en relation des personnes désireuses d'acheter des billets à bon prix et d'autres ayant acheté des billets qui ne sont ni échangeables, ni remboursables et qui n'ont plus à les utiliser. Ne pas avoir un wagon de retard sur les bons tuyaux à connaître peut permettre parfois de faire des économies. En plus de cela, le gain de temps par rapport à la voiture fût considérable. Le parcours à l'aller passa avec une vitesses déconcertante car j'avais l'esprit occupé à lire le crime de l'orient-express que j'avais emprunté à la médiathèque de ma ville résidentielle quelques jours auparavant. La dernière heure, entre Nîmes et Montpellier, je la passais au wagon-bar pour me dégourdir les jambes qui commençaient à fourmilier. Le retour dans le nord se fit de façon assez similaire. En revanche, le livre que j'avais en main avait changé. Je feuilletai cette fois-ci « le train ne sifflera pas trois fois ».

 

Une ville comme Lille, située à un carrefour européen se doit d'avoir d'importants réseaux de communication. Le rail en est un. J'ai profité de cette structure pour me rendre quelquefois à Paris, le plus souvent quand j'avais un avion à prendre. Il vous suffira d'une petite heure seulement pour atteindre la gare du nord depuis la capitale des Flandres.

Si vous avez un avion à prendre à l'aéroport Roissy- Charles- De Gaulle, il n'y a rien de plus simple, un arrêt est prévu à cet effet, vous n'aurez donc pas besoin d'utiliser d'autres transports en communs avec vos encombrantes valises avant de décoller.

En revanche si votre départ est prévu de l'aéroport d'Orly, c'est un petit peu plus compliqué mais tout à fait réalisable aussi : Dans un premier temps, vous ne descendez pas du train avant le terminus. A la gare du Nord, prenez la ligne B du RER jusque Anthony et de là, montez à bord de l'Orlyval. L'Orlyval est une petite navette constituée de deux rames de métro qui en quelques minutes seulement vous déposera au pied de l'aéroport. Il vous suffira juste de descendre ( où vous laisser porter ) par des escalators pour arriver dans le hall central de l'aéroport. C'est un peu cher ( environ 12 € ), quoique moins frayeu qu'un taxi, les risques d'être pris dans les bouchons en moins.

Si vous désirez faire Paris by- night,ne me demandez pas comment on fait pour se rendre à la Loko, car je ne connais cet endroit que de nom.

  gare Lille Flandre

Lille Flandre où Lille Europe ? Vous ne savez plus à quelle gare vous vouer ? En résumé c'est assez simple : la majorité des TGV et des trains à destination de l'étranger partent de Lille-Europe tandis que les autres partent de la gare Lille- Flandre. C'est donc depuis Lille Europe que j'ai embarqué dans le Bruxelles-midi pour me rendre à Amsterdam. Le trajet dure trois heures. C'est à la fois beaucoup et peu à la fois. C'est surtout peu quand vous avez cinq petites minutes et pas une de plus pour attraper votre correspondance à l'immense gare de Bruxelles, où les quais sont nombreux et se trouvent sur plusieurs étages.

 

Je me souviens l'époque où d'un côté et de l'autre de la manche on célébrait l'ouverture

du shuttle. J'étais alors au collège et notre professeur d'anglais s'enthousiasmait avec démesure à nous d'écrire ce fait comme un événement majeur du XXème siècle. Je me suis rendu qu'une fois en Angleterre à Canterbury. Le tunnel n'avait alors pas fini d'être creusé et nous avons donc, ma classe de cinquième A et moi-même, pris le ferry pour rejoindre les côtes Britanniques. J'ai eu il y a peu l'occasion de me rendre à Londres dans le cadre d'un voyage organisé par mon CE. C'était en décembre dernier un samedi. Je n'avais pas pour habitude de me lever tôt le weekend mais j'étais sorti du lit à cinq du matin pour être à l'heure au rendez-vous que l'on c'était fixé à la gare avant notre départ. Le froid c'était abattu sur toute la France et un léger manteau de neige recouvrait l'asphalte lorsque je sortis de chez moi. Quand je descendis du métro à la station « gare Lille-Europe », j'entendis une annonce au micro qui nous informait que pour des raisons climatiques notre train était annulé. Quelques collègues et moi-même, nous laissâmes pas abattre et bien que nous étions déçus, nous n'entamâmes pas pour autant une grève de la faim et  allâmes déjeuner ensemble en nous disant que ce n'était que partie remise et nous avons ensuite regagné nos demeures, soit pour finir nos nuits, soit pour profiter de la journée complète qui était encore devant nous. En ce qui me concerne, j'ai passé la matinée sur internet, connecté à ma messagerie instantanée pour faire plus ample connaissance avec Stéphanie avec qui à l'époque, je venai juste d'avoir un ticket.

 

Depuis le jour de notre voyage avorté pour Londres, j'ai rencontré Stéf et nous- nous sommes plut tout de suite. On dit que l'amour donne des ailes mais c'est bien par la voix des chemins ferrés que je vais régulièrement lui rendre visite.

Partager cet article

Repost 0
Published by berengerlapin.over-blog.com - dans voyage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les carnets de Bér.
  • Les carnets de Bér.
  • : Cela pourra peute être vous paraitre un peu brouillon mais vous trouverez un peu de tout sur mon blog : des impressions de voyages, chroniques de concert, missives contre des organismes incompétants, à vous de voir ce qui vous interpelle le plus
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Liens